Développement personnel

Transition capillaire : passer au naturel sans se brusquer

Transition capillaire
Partager l'article :

La transition capillaire ! Une véritable aventure qui demande effort et courage, mais dont les résultats exceptionnels ne donnent plus du tout envie de revenir en arrière ! Toi aussi tu aimerais avoir confiance en toi et sauter le pas ? Alors lis cet article.

 

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais la séances défrisage s’apparente parfois à une véritable torture. De longues minutes à supporter un produit qui brûle sur sa tête… et une coiffeuse qui te garantit que c’est normal, et qu’il faut souffrir pour être belle.

 

Ça te parle ?

 

Eh bien, je suis bien contente d’avoir dit au revoir au défrisage ! Cela dit, je sais que la phase de transition peut être difficile à gérer. Alors, si tu aimerais sauter le pas, mais que les complications relatives à la transition capillaire te font reculer, voici quelques conseils pour mieux gérer cette période.

 

Connaître ses motivations profondes et déterminer des objectifs tangibles

 

Démarrer une transition capillaire et passer au naturel, c’est du boulot. Parce que cela signifie changer de routine. Et donc, peut-être, tout recommencer de zéro (nouveaux produits à tester et donc nouvelles déceptions, nouvelle texture à gérer, et nouvelles coiffures à trouver !)

Mais démarrer une transition capillaire, ça demande aussi du courage. Et ça, on en parle moins. Eh oui, c’est avoir le courage de se remettre en question, de savoir ce qui ne va pas aujourd’hui avec ses cheveux, mais pas seulement. La démarche cache parfois des motivations plus profondes que le simple fait de vouloir changer de tête !

Manque de confiance en soi ou encore d’estime de soi, on n’imagine pas toujours les conséquences d’un complexe physique chez une personne. Alors, dans cet article, je te propose de voir ensemble les étapes qui te permettront de mieux vivre cette période. En espérant que cela puisse t’aider 😉 .

Identifier ses motivations profondes :

on démarre, toutes, une transition capillaire pour une ou des raisons spécifiques. Et il est absolument indispensable de les identifier clairement. Ce sont ces raisons profondes, qui te motiveront à poursuivre tes efforts lorsque tu auras une baisse de morale ou de motivation.

Alors s’il te plaît, joue le jeu et fais une pause de 5 min, maintenant, pour te questionner :

 

Quelle est la véritable raison, pour toi, de démarrer une transition capillaire ?

 

J’insiste, fais cette pause maintenant. L’objectif de cet article est de t’aider à atteindre tes objectifs capillaires en te proposant des actions concrètes à réaliser. Tu ne les atteindras pas uniquement en multipliant la lecture passive d’articles sur des blogs, ou juste en regardant la réussite capillaire des autres via des vidéos Youtube 😉 .

 

De mon côté, j’ai pu identifier 6 facteurs déclencheurs pour les femmes qui entament une transition capillaire. Je les ai récoltées après quelques discussions ou en glanant des infos sur les forums. La liste n’est pas exhaustive, mais elle t’aidera peut-être à mettre des mots sur tes ressentis :

  • malgré tous les produits utilisés, tes cheveux n’ont toujours pas l’apparence souhaitée.
  • Tu n’assumes pas ou plus tes cheveux, tu n’arrives plus à les coiffer, car ils se cassent et sont très abîmés.
  • Rencontrer quelqu’un, tu y songes ? Mais tes complexes te font perdre confiance en toi. Tu penses que la personne pourrait ne pas te trouver jolie s’il voit tes cheveux dans cet état.
  • Les défrisages, lissages brésiliens ou autres produits chimiques ont créés des désastres sur tes cheveux. Tu aimerais trouver une alternative.
  • Tu es engagée écologiquement, et ne veux plus utiliser de produits dangereux pour ton corps et pour l’environnement.
  • Engagée idéologiquement ? Tu aimerais qu’on reconnaisse la beauté noire comme étant aussi magnifique, au naturel, que toutes les autres beautés.
  • Tu souhaites montrer l’exemple à tes enfants pour qu’ils s’assument tels qu’ils sont.

Déterminer des objectifs… Tangibles :

les objectifs te permettront de savoir où tu vas, et devront être dans la lignée de tes motivations profondes. De manière générale dans la thématique des cheveux crépus, frisés ou bouclés, les objectifs souhaités sont globalement toujours les mêmes :

 

Avoir de longs et beaux cheveux naturels. Brillants, souples, et résistants. Le siens ! Ne plus avoir besoin de loucher sur les cheveux d’une autre pour certaines, et ne plus avoir besoin d’investir dans des perruques ou tissages pour d’autres !

 

Il s’agit là d’un objectif à long terme. Aussi vague et éloigné que possible, puisque si tu démarres ta routine capillaire, tu es peut-être encore loin de ce résultat. D’autant plus que tous les cheveux ne poussent pas à la même vitesse.

 

Sans modifier cet objectif principal, encore lointain dans ton esprit, je te propose de déterminer des objectifs à court terme. Des objectifs tangibles. Voici quelques exemples :

  • si tu te défrises les cheveux tous les mois, tu peux essayer un stretching de 3 mois pour commencer, puis 6 mois.
  • Parce que passer au naturel, peut aussi signifier limiter l’utilisation d’appareils chauffants, tu peux choisir d’arrêter le fer à lisser pour un temps.

Bref, tu as l’embarras du choix pour te fixer des petits objectifs à court terme, des petits défis atteignables, et qui te permettront de te récompenser régulièrement. Y arriver te fera regagner confiance en toi. Doucement, mais sûrement, tu fais de petits pas vers tes objectifs capillaires.

  

 

Les 6 étapes de la peur pour celles qui souhaitent se lancer

 

Okay, tu as déterminé les raisons profondes qui te poussent à entamer une transition capillaire, et tu es désormais convaincue que c’est la meilleure option ? Tu as déterminé tes objectifs et tu sais où tu vas ? Génial !

Désormais, il va falloir sauter le pas.

Mais beaucoup d’entre vous redoutent cette étape. J’ai décelé 6 facteurs qui te font hésiter à démarrer une transition capillaire, et devine quoi ? Bonne nouvelle !

Il y a une solution à chacune de tes inquiétudes :

 

  • tu sais que tu vas galérer à te coiffer le matin, et tu es déjà tout le temps en retard sans même avoir démarré ta transition.

→ C’est simple, fais une liste de 5 à 10 coiffures faciles à réaliser en fonction de ta longueur de cheveux. Pinterest sera ton allié dans cette recherche. Il y a vraiment des super coiffures ! Si, si, je t’assure.

Démêle tes cheveux la veille, et prépare tous tes accessoires pour le lendemain. Au réveil, tu n’auras plus qu’à te concentrer sur ta coiffure.

 

  • Tu n’es pas sûre de t’accepter avec tes bouclettes. Tu as toujours pensé que les cheveux raides allaient mieux avec ton visage.

→ Il est temps de t’accorder un peu d’estime. Personne ne le fera à ta place. Tu n’es pas parfaite ? Ça tombe bien, personne ne l’est ! Il y aura toujours quelqu’un pour craquer sur ce que, toi, tu considères comme un défaut physique. Si tu es né avec des bouclettes. Apprends à les aimer et à découvrir à quel point elles te rendent belle et unique. C’est un travail sur soi à faire avant tout.

Une chose qui pourrait t’aider, c’est de trouver des photos avec des personnes magnifiques avec leurs cheveux non défrisés ! À nouveau, Pinterest peut t’y aider.

 

  • Tu ne sais pas comment gérer les différentes textures qui cohabiteront sur ta tête, tu as déjà du mal à en gérer une.

→ C’est simple, inutile de te casser la tête avec ça. Commence par accepter que si tu as fait des traitements chimiques pendant plusieurs années, tu auras certainement un peu de casse au moment de ta transition. Mais voici ce qu’il y a de bien : cela signifie que tu repars sur de bonnes bases. Ce qui n’est plus sain s’en va, et les cheveux les plus résistants restent.

Ensuite, arme-toi de produits hydratants, d’huiles et de protéines et réalise des soins régulièrement. Les résultats viendront avec la patience.

 

  • Tu as peur de la casse. Tu sais que tes cheveux traités chimiquement risquent de tomber, et tu ne veux pas te retrouver avec 1 cm sur la tête. Et tu ne supportes plus d’entendre ton frère, ton père ou ton mari dire que la boule à zéro résout le problème ! 😉

→ À nouveau, tu démarres une transition capillaire. Accepte que tu aies de la casse ! Tes cheveux repousseront, mais au naturel. C’est n’est qu’une étape, plus ou moins longue, qui sera bientôt, un simple souvenir. Avoir un listing de coiffures et de bons produits hydratants, nutritifs et protéinés t’aideront à faire face. Et si la baisse de motivation te gagne, repense aux raisons profondes qui t’ont poussées à entamer ta transition capillaire et à passer au naturel. Rappel toi de ton why(= pourquoi) !

 

  • Tu ne sais pas par où commencer.

→ Eh bien voilà, tu commences déjà quelque part en lisant cet article 😉 . Joue le jeu et applique les conseils qui t’aideront à sauter le pas et à passer au naturel (si c’est ce dont tu as envie).

 

  • Tu as juste peur de démarrer quelque chose que tu ne connais pas.

→ J’ai un mentor qui dit systématiquement : « si tu as peur, on aura beau te donner toutes les raisons possibles pour t’encourager à le faire, mais le seul moyen d’affronter cette peur sera d’avoir peur, mais de le faire quand même ! ».

Et oui, il n’y a rien de plus motivant que l’action. Alors fais l’essai aussi. N’oublie pas que tu as un objectif en tête, et que tu mérites de l’atteindre. Alors donne t’en les moyens.

 

 

Les actions concrètes qui peuvent t’aider à survivre pendant ta transition

 

Ci-dessous, voici 7 actions concrètes à réaliser, pour t’aider à survivre pendant ta transition capillaire (Et ne t’inquiète pas, tu vas y survivre ! Ce ne sont que des cheveux 😉 ) :

 

  1. Espace les traitements chimiques, jusqu’au moment où tu te sens définitivement capable d’arrêter.

 

  1. Je ne les recommande pas d’ordinaire, mais à situation exceptionnelle, solution exceptionnelle : tu peux t’armer de tes appareils chauffants, et notamment de ton fer à lisser pour assouplir un peu tes cheveux. Mais, tente de ne pas en abuser. Pas plus d’une fois par semaine.

 

  1. Ne néglige absolument pas les sessions soins, et intègre des protéines. Des produits efficaces te permettront d’entretenir dès maintenant tes nouvelles pousses.

 

  1. Tes cheveux seront plus fragiles pendant la transition capillaire. Maintien-les démêlés le plus possible, pour éviter d’avoir à tirer dessus et d’accentuer la casse.

 

  1. Sélectionne des coiffures attachées et protectrices, pour conserver un maximum de longueur et pouvoir te coiffer plus facilement.

 

  1. Dors les cheveux attachés. N’oublie pas ton foulard en satin !

 

  1. Le big chop est une solution rapide, mais peut-être un peu radicale pour beaucoup d’entre nous. Je te propose donc cette option, mais c’est tout à fait optionnel. Pour ma part, je n’ai pas été capable de faire cette étape lors de ma transition.

 

Voilà pour cet article sur la transition capillaire, ou comment passer au naturel sans se brusquer. J’espère qu’il t’aidera à aborder sereinement celle-ci. En tout cas, félicitations à toi si tu as décidé de passer au naturel.

Personnellement, je trouve que c’est la solution la plus raisonnable qui soit si l’on souhaite que nos produits cosmétiques aient le minimum d’impact sur l’environnement, et que l’on se soucie des ingrédients que l’on utilise pour sa santé.

Alors, bonne transition capillaire à toi !

 

N’hésite pas à me dire dans les commentaires si,

  • toi aussi, tu réalises une transition capillaire.
  • Tu as des astuces pour mieux vivre l’aventure.
  • Tu as déjà terminé cette transition et que tu as des retours à partager.

Je réponds personnellement à chacun des commentaires.

 

(N.B. : tu peux laisser ton commentaire en toute sécurité. Tes coordonnées sont sécurisées. Seules les informations suivantes seront visibles par les internautes, si tu le souhaites : prénom, commentaire, et site internet).

 

A très vite !

Mélissa.


Partager l'article :

2 thoughts on “Transition capillaire : passer au naturel sans se brusquer

  1. Bonjour Mélissa,
    Ton article est très intéressant. Il est trop dommage d’abîmer ses cheveux avec des produits toxiques. J’encourage toutes les femmes qui souhaitent se lancer dans une transition à tenir bon!
    Le naturel est ce qu’il y a de plus beau! Et les femmes noires sont magnifiques! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *